Insider: je vous dis tout sur la préparation de mon prochain défi

 

« La volonté de gagner ne signifie rien sans volonté de se préparer » Jumaa Inkangaa

Tu connais mon appétence pour les défis un peu fous et d’endurance, malgré mon physique de lanceuse de poids (mais je me soigne). Eh bien, une fois n’est pas coutume, je vais relever le défi du marathon de la Rochelle le 25 novembre 2018. 42,195 km en bord de mer et dans la ville. Je ne sais pas ce qui m’a pris mais je suis inscrite. Il faut savoir sortir de sa zone de confort hein… ?? Enfin, je dois quand même t’avouer que j’ai les fesses qui font bravo, j’ai un peu les chtouilles quoi.

1- Pourquoi j’ai choisi un marathon ?

Eh bien, pour les gens comme toi et moi, en surpoids, la vitesse n’est pas notre point fort. En revanche on peut travailler avec de la progressivité, sur le cardio et l’endurance. Les courses de 10 et 21km sont à courir trop rapidement et je n’y trouve pas de plaisir. Par ailleurs, et là c’est purement pour flatter mon ego, un marathon c’est pas donné à tout le monde sans entraînements. J’ai aussi envie de te montrer et c’est aussi grâce à ce blog, qu’avec de la discipline et de la volonté, tout est possible. Il faut rêver toujours plus haut. Et que si ça te motive à perdre du poids, mets-toi en tête un marathon sous un ou deux ans. Peu importe le temps que tu mettras.

2- Coach ou pas coach ?

Mon premier coach qui m’avait préparé à mon tout premier marathon en Espagne m’avait « recruté » pour me challenger sur cette distance. En effet, il m’avait fait énormément progresser sur la distance semi-marathon dans le cadre du Half Ironman de Vichy (1,9km de nage, 90km de vélo et 21km de course à pied). Oui oui tout ça enchaîné, dans la même journée et avec des kilos en trop. Alors t’es sûr que tu veux pas essayer de te lancer ? Il avait monté un groupe de coureurs et nous a coaché simultanément, et ce gratuitement, sur son temps libre. On avait donc tous le même plan mais pas de personnalisation. J’ai fini ce marathon grâce à lui, mais malheureusement hors délai. J’étais donc finisher mais pas officiel. La loose !

Cette année par un concours de circonstance, je n’ai pu repartir avec lui pour ce 2e challenge, j’ai donc fais des recherches pour me trouver mon supa coach… Et là, je repense à ce bouquin, “courir longtemps » de Bruno Heubi, que je lis en cachette, dans les toilettes d’une amie, écrit par un déglingo de la longue distance, champion de France, champion du monde à multiples reprises. Je me mets à rêver et j’ai trop envie de le contacter. Mais ce monsieur entraîne beaucoup d’élites et beaucoup de champions. Il va se faire chier avec moi ? (Le pouvoir des pensées limitantes tu vois). Fu**! Nous rentrons en contact. Je lui explique mon objectif : juste être finisher et surtout être dans les délais pour la première fois de ma vie. Il n’a pas pris une demi-seconde pour accepter le challenge.

Me voilà donc coachée par un déglingo de chez déglingo. Oui j’ai peur mais je voulais être coaché par lui, alors j’ai tenté, ça a payé. Et tu sais quoi ? Toi aussi il peut t’aider à faire tes premiers km. Je t’en dit plus sur sa méthode en dessous.

Je te laisse découvrir son site si tu cherches des conseils pertinents pour débuter, pour t’inspirer : https://www.brunoheubi.com

3- Mon plan d’entraînement

Alors effectivement, au premier abord, ça fait carrément peur. 4 séances par semaine, non, 4 séances DIFFERENTES par semaine. Et c’est à ça que je veux en venir. Si tu passes le pas du coaching privé, tu auras des séances calquées sur tes capacités, si petites soient elles. J’ai une séance dans la semaine qui dure 1h, je t’assure qu’un mec qui marche vite à côté, va à la même allure que moi. Quel plaisir de courir lentement et d’oublier sa montre, juste le plaisir de pouvoir mettre un pied devant l’autre.

Voici comment j’organise ma semaine pour te donner une idée et peut être faire germer une petite graine dans ta tête :

  • Lundi : séance de fractionné court (pour vulgariser le fractionné c’est un enchaînement de répétitions à vitesse rapide puis lente. Comme si tu courais 30sc vite puis 30sc de récupération, répété entre 14 et 20 fois. Durée entre 1h et 1h15
  • Mardi : footing 1h à petite allure, pur plaisir car pas de chrono, juste à la sensation.
  • Jeudi : un bloc d’endurance long. Durée entre 1h et 1h15
  • Samedi : sortie longue entre 2H (au début) et 4h (à la fin de la préparation). Tu vas pas me croire mais le plus dur…c’est la 1e heure.

Je ne suis pas une sur-femme, tu le sais, je suis en surpoids mais j’ai la gnak et je suis pas moins douée qu’une autre alors pourquoi je n’y arriverai pas et surtout, pourquoi TU n’y arriverais pas ?

4- Combien ça coûte ?

Bonne question, je te mets ici mes dépenses pour cette préparation

  • Prix du dossard pour la course : 49 euros
  • Prix du coaching pour 3 mois : 80 euros par mois
  • Ma nouvelle paire de shoes, en solde sur le site Irun.fr : 69 euros (j’en utilise 2 par an)
  • Pack d’eau St yorre pour la récupération: 3,5 euros par semaine
  • Abonnement spotify car j’adore courir en musique : 9,9 euros

Voilà. Je ne roule pas sur l’or. Je suis en reconversion professionnelle donc je n’ai qu’un petit revenu mais je me dis que l’investissement du coaching de 80 euros par mois est véritablement un investissement sur moi-même. En plus, plus tu cours, plus tu maigris, moins tu veux manger cracra, moins tu fais de restos… Du coup, cette dépense se fond dans mon budget. Les chaussures c’est obligatoire et des bonnes chaussures c’est primordial, donc t’as pas le choix que d’investir.

5- Comment je gère ma vie sociale ?

C’est une question ou plutôt un faux frein qui revient souvent. Le néophyte a toujours l’impression que ça va lui bouffer ses journées et ses weekends. Eh bien moi, j’ai pris le parti de m’entraîner le soir après les cours ou le boulot, tu sais ce moment où tout le monde est, entre deux eaux. Après le boulot, mais avant le repas, ça flâne devant la télé, ça regarde Facebook… Tu vois de quoi je parle ? Bah moi, mon sac de sport est prêt dès le matin, quand arrive la fin de journée, je ne me pose pas de question, j’enfile ma tenue et hop… Et je suis de retour pour 19h30, 20h maximum. Si tu as peur d’avoir la flemme en rentrant, et bien fais ta séance en partant de ton boulot et tu rentres ensuite, ça peut même t’éviter les bouchons.

Pour ceux qui ont une longue pause le midi (2h), la séance passe large, si tu as préparé à l’avance ton déjeuner.

En revanche pour la sortie longue, je préfère la faire le samedi très tôt, 8H, pour me laisser ensuite tout le loisir de profiter du weekend et des copains, et de faire une méga grasse mat’ le dimanche.

Et puis j’ai encore le temps de sortir, d’alimenter le blog, de faire des grandes ballades avec mon chien, d’organiser des soirées… Bref, il faut juste t’organiser.

Voilà pour cette première partie, j’espère que ce format de post t’intéresse aussi, si c’est le cas, un petit encouragement en commentaire, ce serait top ! Et je parlerai de mes autres prépas…

 

 

4 réflexions sur “Insider: je vous dis tout sur la préparation de mon prochain défi

    1. C’est vrai t’es de la Rochelle? tu ne pourras pas me louper, dans les derniers concurrents et tatouée sur les 2 bras entièrement… Génial, c’est top!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *