Marathon d’Annecy 2019: La leçon

 

 

Ta seule limite c’est toi-même!

On plante le décor:

  • marathon de Valence décembre 2017: 5h55 sur les genoux
  • marathon de la Rochelle novembre 2018: 5h17 OKLM
  • marathon d’Annecy avril 2019, objectif 4h59 OKLM aussi si possible

J-7: la fin de la prépa arrive et annonce un marathon tout en gestion et surtout tout en allure, comme la Rochelle, je sais que les jambes vont suivre car les km sont là. Une préparation sur-mesure, toujours grâce à mon coach déglingo Bruno Heubi (https://www.brunoheubi.com). On mange bien, on s’hydrate bien et en avant Guiguamp.

J-2: Les questions: pourquoi tu fais ça? Pourquoi tu veux cette médaille? De l’ancrage, de la visualisation, relecture de ce blog… Les jambes sont là… Ma tête je sais pas, le doute.

J-1: On s’installe dans notre air bnb sur Annecy, on récupère le dossard. Bizarrement pas de pression, pas d’enjeu, pas de stress et je crois…pas d’envie. J’ai pas l’impression d’aller courir un marathon le lendemain. Je ne suis pas dedans.

Jour J: C’est officiel j’ai pas envie de m’aligner sur le départ. Je ne le verbalise pas à mon entourage(surtout qu’une copine qui fait mon lièvre s’est déplacée d’Alsace pour moi), mais j’ai pas envie d’avoir mal, pire, je crois que je ne souhaite pas aller chercher cette médaille. 8h30 on est sur la ligne de départ, SAS E + de 4h15. Notre cycliste ravitailleuse nous prend en photo, fais des vidéos. Elle fait partie intégrante de notre marathon, elle sera notre voix, notre Whitney Houston des encouragements, notre Nikos Aliagas de l’animation et surtout notre Lance Armstrong des suiveuses(elle va faire les 42km à vélo, la légende raconte que ses fesses s’en souviennent).

Le départ est donné, comme à chaque fois, ça se bouscule, ça piétine, ça accélère, malgré tout, le sourire, l’engouement, l’ambiance, les applaudissements, la musique…et rapidement, les premiers km qui s’enchainent et les spectateurs qui se dispersent.

KM 10: Mon lièvre de chic et de choc, met le rythme, un peu trop mais ça tient et ça va tenir. Les 12 semaines de péparation (en vrai 11, j’en ai loupé une entière, car moral au fond du trou) m’ont fait monté en puissance, je maîtrise l’allure de 7′ au kilo(7’28 5 mois avant à la Rochelle) et un peu plus rapide aussi.

KM 15: Cécilia, mon lièvre garde le tempo et le sourire. Elle n’arrête pas de parler, de blaguer, ça me fait sourire. Elle a la foulée légère (elle court en minimalisme), le rire communicatif, elle filme, prend des photos. Le rythme est maintenu, elle sait qu’on sera finisher..pas moi. Déjà, l’envie de ne pas aller au bout trotte. Alors je fais mon check point interieur:

  • jambes… ok (et même plutôt fraiches)
  • souffle… ok (et même celui d’une ado)
  • pas d’ampoules, a peine transpiré
  • tête…a moitié ok

L’abandon n’est pas une option…mais ça c’était avant!

 

Km 21: On arrive au semi, assez fraiches, souriantes, pimpantes, 2h29…dans les temps. Techniquement, on sera donc finisher et dans l’objectif fixé. Les calculs de mon lièvre sont incessants, elle m’encourage, elle parle toujours autant (je me demande comment on peut avoir autant de conversation dans un si petit corps), elle blague (cette fille peut faire 12000 accents différents). Elle répond à toutes mes demandes: eau, ravito, compote, sucre… On est rodé et pourtant c’est la première fois qu’on court ensemble.

Je commence sérieusement à me dire que je ne vais pas…enfin que je ne souhaite pas aller au bout et c’est l’engrenage: j’ai pas envie d’aller chercher cette médaille (tu sais? Les tripes, la gnac, la gagne, la rage, bah…elle est pas là), je sais même plus pourquoi je cours, pourquoi je fais ça…une chose est sûre, je suis, opérationnelle, encore dans le plaisir physique de la course, mes jambes de gazelle sont présentes, c’est dire que seule ma tête dirige ce qui se passe et la suite de ce marathon. Je répète à aucun moment, mon corps souffre , à aucun moment mes jambes me lâchent, pas de crampes, pas de bobos…

 

On croise en sens inverse la voiture balai. Cette même voiture balai contre qui je me battais lors de mes toutes premières courses. Cette fois ci, elle est loin, très loin, à 45min. J’ai les yeux mouillés, la fierté sans doute.

 

KM23: je verbalise à mon lièvre que je ne souhaite pas continuer. Pour elle, c’est la douche froide, et surtout l’incompréhension. Elle me répète : mais non? Elle fait le check point: Tes jambes vont bien? Tu as mal quelque part? On va trop vite…Négatif mon commandant. Sans raison apparente, en tout cas expliquée de suite: je souhaite arrêter.

Km 24: Je tiens encore parce que je suis émue à l’idée de décevoir mon lièvre

Km 25: Je marche, je cours, je repars

km26: Je marche, je peste, je pleure.

Km 27: Je pleure parce que sur le coup je suis très en colère contre moi ne pas vouloir honorer toute cette prépa, mon coach, mes proches. Tout va bien physiquement et je ne rencontre aucune difficulté.

km28: Malgré une ultime relance et l’espoir qui revient dans les yeux de mon lièvre, je fais l’irréversible, je décroche ce dossard que je ne mérite pas. Je ne mérite pas de continuer à porter ce dossard, à côté de tous ces gens qui souffrent (des débutants, des gens en surpoids, des gens qui sont partis trop vite), à côté des gens qui ont cette mâchoire serrée (cette gnac qui transpire sur les visages crispés), à côté de ces gens qui mettent leur tripe sur le bitume.  Cette médaille, j’ai pas envie d’aller la chercher.

Un marathon c’est de la sueur et du dépassement de soi

On marche donc, on décompresse, on rigole, on sourit, je pleure, je rigole, un mélange de soulagement d’en avoir fini avec cette course et de honte, vis a vis des gens qui me suivent aujourd’hui.

Il m’a manqué le coeur et l’envie. C’est encore frais pour analyser tout ce qui s’est passé. J’avais juste envie de prendre du plaisir et je ne l’avais pas, depuis quelques jours déjà. Pas d’excitation, pas d’envie d’en découdre…

Il y a un mérite bien plus grand que de réussir, c’est la volonté de rebondir après la défaite

Alors tu vas faire quoi? Tu arrêtes la course a pied, tu changes de sport, tu refais un marathon, tu vas pouvoir repartir…? Des questions de mes proches j’en ai eu, et j’ai envie de répondre que ce soir (J+2), je sais pas sur quoi je vais rebondir. Enfin je sais que je vais rebondir, mais la question est plutôt, quand et comment?

Remettre des bases avec des semis ou des 10km?

S’acharner sur marathon pour prendre une revanche?

Repartir sur une préparation 5 entrainements/semaine?

Diversifier les sports?

Je n’ai pas de réponse, si ce n’est que je souhaite retrouver deux choses:

  • du plaisir
  • de la gnac

Loin d’être une élite, le sport, a cependant pris une place importante aujourd’hui, alors peut être que prendre conscience que « la course a pied, ce n’est QUE du sport » (dixit tonton Heubi) me fera rebondir plus vite. La suite? Du plaisir! Du plaisir! Du plaisir! (message particulier à Chill).

 

 

 

 

 

58 réflexions sur “Marathon d’Annecy 2019: La leçon

  1. Hello, j’ai tout lu, si si !…et je me demande encore pourquoi tu ne l’avais pas dans la tête, car c’est bien ça qui ressort le plus de tes mots ! Le lieu peut-être… car tu aurais choisi Paris on t’aurais vue à la tv 📺 !! Quoi qu’il en soit, il n’est pas raté ce marathon avec ce -18min ? C’est un RP quand même ! Qui cracherait dessus mis à par toi ?!! Non , t’es pas juste avec toi-même, t’es même sévère ! Tu t’aimes plus ou quoi !! 😂 je t’assure, tu vas continuer à faire descendre ton chrono, mais pas d’1h en 1h, fait être patiente quand même ! T’es déjà sous les 5h, c’est bien non ? Aller, félicites-toi , fais ta recup mentale, et reprojette-toi !!! Ché pas moi, au bord de la mer, au soleil , enfin un marathon que te fait kiffer quoi ! Aller courage , si tu as plus mal, qu’est-ce que tu fais encore avec ton portable, cours vindedious !!! 😂 😘

    1. Merci pour tes encouragements. Toi, t’as la gnac, tes mots transpirent la motiv’. Mais justement, je n’ai pas fini le marathon, je me suis arrêtée au 28e… Ca va repartir, fais gaffe a ton cul d’ailleurs, un jour peut être bien que je serai sur un 100Km…
      Vindeddious que je vais te mettre une photo finisher bientôt!!bordel de tête a queue

  2. Parfois notre cœur sait mais pas notre tête.. Il faut savoir lâcher prise, ce poser les bonnes questions et surtout ce rappeler de : qu’est ce qui t’a donné l’envie de débuter…
    Ne lâche rien, on a parfois besoin d’une pause pour rebondir à nouveau sur ses deux pieds et repartir à la course !
    Force et honneur ! 💪

    1. Merci Marine pour ton retour, effectivement se rappeler des débuts c’est un bon point d’ancrage. Force et Honneur ok, mais un peu plus tard alors!!!

  3. Lu de À à Z 😍
    Tellement d’autres plaisirs à Vivre ! A Revivre différemment aussi .
    Fonce Ma doun, je serai là Pour t’accompagner 😉

    A bientôt
    Marie

  4. L’analyse est bonne et juste,rien ne vaut le plaisir de soi,peu importe le sport ….le dépassement de soi à travers un marathon,une marche sur plusieurs jours ou tout autres choses,bravo pour ce travail😘

    1. Oui Virginie, je vais m’atteler à cette notion de plaisir dans le dépassement et non de souffrance. On peut aussi marcher ensemble hein…

  5. Doun à quelque différences près toi et moi on mène le même combat. Tu peux être fière de tout le chemin parcouru et tout celui que tu vas encore parcourir. Nous ne sommes pas des sportives nées et la notion de plaisir à une importance considérable dans nos activités. J imagine que ça a dû être très compliqué de prendre cette décision mais tu as suivi tes envies et c’est l’essentiel. Sans le moindre doute tu vas rebondir. Bravo à toi je t admire 😘

    1. Oui tu as complètement raison, on revient à cette notion de plaisir. Parfois on se met trop de pression, ou on intensifie les enjeux: la fierté, l’égo, la rage, la compétition, un mélange de tout ça. J’ai envie de balayer tout çà et d ‘apprendre a kiffer. c’est une grande première pour moi, cette prise de conscience. Heureusement que la motivation est ma meilleure alliée pour faire de belles choses encore. je te remercie pour ton retour, et j’ai envie de dire: Force à nous!

  6. Doun, Un superbe récit. Tu me mets les larmes aux yeux. Cet écrit est loin d’être la Doun du groupe, l’inspecteur gadget de notre quotidien. Tu as livré une toute autre facette de ta personnalité.
    Aujourd’hui est venu le temps de la réflexion. Prends tout le temps qu’il te faudra. N’ecoutes que toi, tes rêves, tes envies.
    Qu’importe ce que tu choisis, sois fière de qui tu es, qui tu reviendras.
    Bises Carine.

    1. salut Carine, je sais que tu l’attendais cette facette différente depuis un bout de temps. Je chemine tranquillement, j’ai encore envie de faire des choses « débiles » dans le sport, avec une approche différente. merci de m’avoir lu, ça me touche. Gros bisou a toi et a qui tu sais.. #inspecteurGadgetNestJamaisLoin

  7. Tu as une belle plume….

    Quand je te lis je pense à
    Victor Hugo qui a écrit : Misérable, je le suis! Petit clin d’oeil aussi à cet écrivain qui a écrit l’histoire de Notre dame de Paris….
    Sur ces quelques lignes tu alignes des mots, des sentiments, des ressentis, des doutes mais aussi des envies….
    Tu écris souvent je n’avais pas la tête à ça…. pour écrire des romans, une lettre d’amour, une biographie, une histoire c’est de même…. il faut la gnac….
    On a tous des hauts, des bas!
    Des passages à vide!
    Mais on a la force de se battre et d’y croire…. encore et encore

    Alors, ne lâche rien….

    1. Merci à toi, pour ton passage ici. Promis, je lâche rien, je vais juste faire différemment.et laisser la tête se reposer. Victor Hugo n’a qua bien se tenir!Dounia hugo, c’est pas mal non?

  8. Doun, moi je suis impressionnée par tes marathons. J’ai suivi celui de la Rochelle. Tu as le droit aussi de ne pas avoir l’envie de courir, l’envie d’aller jusqu’au bout de ton objectif, de finir un marathon. Tu peux être fière de ton parcours. Lorsque tu seras à nouveau prête, tu pourras à nouveau participer à un marathon, ou bien tout simplement faire autre chose. Le principal c’est de te faire plaisir. Tu es une battante.

    1. Salut Joëlle, un passage qui me fait plaisir. Merci pour tes mots, oui je vais prendre le temps, mais pas trop hein…faut que ça bouge quand même! bisou et encore une fois, merci d’avoir pris le temps de me lire.

  9. J’ai suivi les directs , ris, crié sur la tablette comme si elle pouvait te passer des messages….vas y Doun, vas y … les baby girls sont avec toi et nous de l’autre côté de la toile .
    Tu as pris la décision là plus en cohérence avec ton état d’esprit, tu n’as pas à être blessée d’avoir arrêté, le plaisir est bien là chose la plus importante dans la vie .. sans plaisir pas de performance (je parle du sport bien sûr 😉)
    Que demain tu décides de faire des claquettes ou bien du bobsleigh en mode rasta je serais , et d’autres seront toujours tes plus ferventes supportrices.

    Nini

    1. looolll, toi t’es une déglingo! des claquettes, je n’y avait jamais pensé… avec un petit tutu!! tu as raison Nini, je sais. J’ai besoin vraiment de cette notion de plaisir dans ma vie actuelle. je te love ma nini et merci pour ton retour fracassant.

  10. Mon bonbon rose suis fan de toi et du courage qu il faut pour se décider à franchir le pas. Bien au delà de tout ça je pense effectivement que si la tête n y est pas on avance à rien et ceci pour tout pas uniquement pour le sport. Je crois que je diversifirai le sport par peur de la récurrence et de me lasser mais aussi pour des échauffements divers et variés qui echauffent le corps mais aussi la tête. Ne lâche rien ma belle tu vas y arriver j en suis sûre 😊

    1. Oui mais toi t’es pas objective, t’es amoureuse!!! Merci d’avoir pris le temps de me lire. Je sais pas encore quel va être mon plan d’attaque mais je vais me glisser sur la mouvance kiffance! gros bisous ma vendéenne

  11. on a tous le droit à ce moment de démotivation, quand c’est le cas il ne faut pas culpabiliser.
    Même moi qui fait du fitness depuis 22 ans, je me retrouve dans une année difficile où je sors d’un hiver épuisée moralement et physiquement. Mais je n’ai rien lâché, certes ralenti le rythme. Mais ce soir l’envie était de nouveau présente après 8 mois, 8 mois de galère, des kilos pris avec l’arrêt de la clope et le reste…
    Comme quoi la gnac revient.
    Courage Doun, pis tes délires m’eclatent lol.bisous

    1. 22 ans de fitness, ha ouai? ho ça doit être joli a voir ça? je vais remonter en selle, je suis comme ça. Juste se poser les bonnes questions pour mieux repartir. merci pour ton retour Nath.

  12. Inspecteur gadget, 2 marathons à ton actif whaouuuuhhhh. Je suis très impressionnée. Au bout de 10km je suis au bout de ma vie.
    Merci pour ce partage. J’avais l’impression d’y être.
    Franchement ne t’en veux surtout pas de t’être arrêter. Effectivement tu n’as peut être plus l’envie. Tu n’y trouves plus le même plaisir qu’avant.
    On évolue continuellement, nos envies nos attentes.
    J’ai qu’une chose à te dire fait ce qui te plaît, qui te rend heureuse et te permet d’être en harmonie avec toi.
    Pliss Foss chéri a 😉

    1. ho c gazelle an mwen!!! vous ici. Oui plaisir plaisir plaisir, c’est ce que je me suis promis. Merci d’avoir pris le temps de me faire un retour, ça me fait plaisir

  13. On ne juge pas une femme sur le nombre de fois qu’il tombe, mais sur le nombre de fois qu’elle se relève. –
    Jigoro Kano (fondateur du judo)

  14. Faut déjà un sacré courage pour se décider de faire un marathon !… s’entraîner dur, se préparer mentalement, se faire mal des jours et des semaines avant…
    Bravo je n’ai ni ton courage ni ta motivation.
    Fini ou pas comme dirait Pierrot de Courbertin….

    1. Merci Feuché! on va en prendre de la graine et méditer. Mais l’entrainement c ‘est une kiffance de ouf… un truc que tu programmes, que tu suis, que tu attends, un peu comme la saison 8 de game of throne…merci pour ton passage ici.

  15. Tu es dure et trop exigeante envers toi même..
    Ce que je lis entre tes lignes c’est qu’en écoutant ta « non envie » tu as donné du sens à ce marathon…qui visiblement n’en avait plus..
    Le sens des choses ne se trouve pas toujours sur la ligne d’arrivée!
    Alors prends le temps de mesurer tout le chemin parcouru en le replaçant dans son contexte et sois fière de toi! Moi je le suis..fière de toi!
    Pour ce qui est de la notion de plaisir, sans aucun doute elle reviendra quand tu l’auras décidé et de la façon dont tu l’auras décidé. J’ai entièrement confiance en ta capacité à rebondir (je parle bien de résilience :-P)

    1. Salut Beyoncé! Ca me fait très plaisir de te voir par ici. Je vais tenter une approche différente dorénavant. Arrêter de vouloir a tout prix, un résultat. Je suis sur la ligne de touche pour mieux rebondir c’est vrai. je vais diversifier pour voir et toi non plus t’es pas objective, t’es amoureuse. Merci pour ce retour Beyoncé. Ca vient d’ou ce surnom?

      1. La légende dit que j’ai le boule de Beyoncé!
        Tu crois que si je cours devant toi ça t’aiderai à retrouver la notion de plaisir?? 😛

  16. Bravo d’avoir eu le courage d’accepter ce qu’il y avait au fond de toi même, d’avoir appris à lâcher prise, d’avoir su t’écouter !
    C’est bon de se dépasser c’est sur ! C’est aussi essentiel de savoir s’écouter !

    Tu as mené une belle course ! Bravo à toi pour ce superbe temps ! 28 bornes tout de même sans avoir la tête à ça bah chapeau bas !

    On se voit bientôt 😘😘😘

    1. merci pour ton passage ici. oui en prévision de notre rencontre, je fais une prépa apéro, 5 fois semaine. J’espère que ce sera suffisant…

  17. « Sous la carapace de chaque individu, se cache une personne, qui aspire à être soutenue et encouragée »
    Sur ces mots, sache que tu as tout mon soutien.
    Ton récit est profondément touchant. D’avoir partagé cela est un grand pas aussi. Il y a une telle sensibilité dans tes mots que ça m’a énormément touchée.
    Alors, d’accord, tu n’as pas été jusqu’au bout mais sache que je suis fière de toi. Prends le temps de te poser, de te recentrer sur ce que tu as envie de faire. Et surtout, prends le plaisir où il est.
    Je t’embrasse

  18. Le marathon c’est un plaisir un dépassement de soi un investissement… Tu as su t’écouter.. Est ce peut être oui le moment de te reposer la tête et de vivre des choses différemment mais avec autant de plaisir que tu as pu l’avoir !.
    Je suis une ancienne sportive, foot durant presque 27 ans, marathon 5 ans et cross à pied 3 ans!.. Peu Peu j’ai arrêté le cross, puis le marathon et ensuite le foot, la motivation n’y était plus, j ‘avais été au bout du bout de mes envies et plaisir…( la course était un exutoire) courage le plaisir et la motivation seront de nouveau la quand ta tête sera de nouveau opérationnelle… Toutes mes félicitations tu as quand même fait de belles choses et tu en feras encore et encore !!… Tu es une gagnante 😉…. Amicalement
    Kaliss Nathalie

  19. Je n’ai pas tout suivi.
    Sauf, le moment où tu as décidé de stopper la course.
    La tête n’y était pas, probablement, parceque tu ne le faisais plus par plaisir et surtout pour toi. Sans t’en rendre compte tu t’es mis la pression plus pour ton entourage que pour toi même… retrouve cette engouement de tes débuts et profites avec légèreté de tes propres challenges. Tu es une battante et une gagnante de toute façon, avec ou sans médaille. ❤

    1. merci pour ton retour légionnaire-girl. t’es une deglingo toi aussi non? légionnaire…c est ouf. ha bah voila, je fais pleins de videos et toi, tu suis que celle ou je dis que j’arrête, ha bah c’est du propre! de la légèreté, tu as raison!

  20. Ce fut un plaisir de te suivre ce jour là. Réussite où échec, tu gardes la tête haute. Tu analyses tes choix, tu les assumes. C’est aussi un dépassement de soi, la connaissance de soi. Continues !

    1. va falloir qu’on fasse la fêté pour oublier ça hein? merci Virgil de m’avoir lu, va falloir que je vienne faire une course en Bretonnie, comme ça j’aurai toutes mes pompom girls.

  21. Coucou ma Doun’

    Très beau récit. Tu as vraiment beaucoup de cordes à ton arc. 😏
    En sport et donc en course à pied, on a tendance à tout miser et tout focaliser sur le résultat. Mais il y a tellement d’impondérables. Pourtant nous cherchons des réponses quand parfois, il n’y en a pas. La réussite est aussi dans tout ce qui a été périphérique au jour J. Avec le recul, tu vas te rendre compte des progrès accomplis et de tout ce que cela t’a apporté. Oui ce n’est QUE du sport. Mais j’aime aussi dire que la course à pied est la plus importante des choses secondaires. Alors on la soigne parce qu’elle compte.
    Au final le problème c’est peut-être que c’était trop facile, trop bien, trop prête et que ça, tu n’en as pas l’habitude. Cette Dounia sans souffrance, ce n’était peut-être pas toi. Ou plutôt pas celle que tu connais d’habitude ? Faut-il apprendre à mieux la connaître ou bien la fuir ?
    La course à pied n’est qu’un prétexte. Dimanche tu n’avais pas de prétexte 😉
    Biz ma poulette 😘

    1. Salut Tonton bruno. Effectivement la souffrance a toujours fais partie de ma pratique depuis mes débuts. J’ai encore envie de faire de belles choses en course a pied, a moi d’arrêter de me mettre la mort quand je pourrai enfin profiter de tout notre travail. Pourquoi fermer la porte a la « facilité » quand elle est la? la, je vais méditer dessus. n’empêche que 28km sans l’impression de les avoir dans les pattes, ça c’est de la prep’ de compet! Merci Bruno #OnTheRoadToComradesNow

  22. Coucou doun j’étais emu de te lire..et j’espère vraiment que tu vas retrouvé ta motivation et la gnac du debut parce que je te suis a travers les vidéo du groupe..
    Allé courage a toi..
    Tu vas revenir jen suis certaine😘

    1. Salut Jennifer. Oui tout va revenir, ce n’est que du sport.C’est pas facile de gérer ses émotions quand le jour J, il faudrait tout couper! on se donne rdv à la prochaine course.

  23. Hello,
    J’avais juste envie de te dire bravo pour ta performance et ta vision d’esprit. Continue dans cette foulée Peut importe du résultat l’important c’est d’avoir pris du plaisir,et toujours du plaisir(j’ai fait partie d’une équipe de basket les filles ce moquer de moi j’étais fond pour 1m.55 je n’ai rien dit j’ai bosser et pris tout simplement du plaisir à jouer ).tu va y arriver

    1. 1m55 c’est vrai c’est original de se lancer dans le basket, mais c’est ça qui est bon aussi.Je vais continuer aussi a bosser en silence… en attendant la suite. Merci pour ton retour

  24. Je t ‘ ai suivi aussi dans ce marathon . Je voudrais te partager quelque chose : quand j’ étais plus jeune ; je me suis mise à courir tous les matins dans un souffle de baleine suffocante , douleurs et fracas , toux de fin de vie mais tous les matins je revenais sur le lieu du crime ; à croire que je m ‘ autoflagellais …lol . Au bout d ‘ un bon mois et demi passé , je cours et je n ‘ en reviens pas ….mon 20 ieme tour de stade et rien pas de toux , une respiration fluide comme si je me retrouvais dans mon élément …un vrai poisson dans l ‘ eau …l ‘ air rentrait et sortait en moi d ‘ une fluidité harmonieuse et d ‘ un coup j’ ai eu cette impression de ne plus toucher terre , de m ‘ envoler …et là oui ça a été un pur plaisir ) comme qd on fait l ‘ amour avec la bonne personne mdr ) …des années sont passées , je ne cours plus mais j’ ai connu cela une fois dans ma vie et ça a été l ‘ apothéose . Qu ‘ importe le sport , l ‘ activité que tu choisis . Si tu as cette flamme qui te fait dépasser quelconque souffrance de n ‘ importe où elle se situe , c ‘ est cette flamme qui te donnera envie de ne pas abandonner et te guidera vers un plaisir certain et insoupconné. Et il existe une multitude d ‘ activités donc fais des essais et dès que la flamme de fait sentir , garde la comme ton précieux . Lol
    Bel écrit , beaux ressentis avec cette note d ‘ humour qui n ‘ appartient qu ‘ à toi . 🙂

    1. Merci pour ton retour. oui cette difficulté des débuts qui nous ancre dans l’objectif. La flamme de me dépasser est pourtant toujours la, je vas voir comment la ranimer sur un autre objectif. Comment ça tu ne cours plus? he ho, allez on chausse ses baskets et on y retourne.

  25. Coucou Doun,je viens de lire ton cr qui m’a mis les larmes aux yeux. J’ai eu l’impression de me retrouver sur certaines courses de ne pas avoir l’envie,le plaisir sauf que toi c’est bien car tu as réussi à trouver tout de suite pourquoi tu voulais abandonner
    Moi je n’ai jamais su pourquoi sur le coup
    Il me faut bcp de temps et de recul à chaque fois
    Prends le temps de te poser pour savoir ce que tu as envie de faire et où tu auras du plaisir
    Bonne récup bisous

    1. Ha ca me fait plaisir que tu laisses une trace de ton passage. oui j’ai cheminé effectivement, et j’ai préfèré stopper (un truc que je n’aurais jamais envisagé auparavant). La course a pied c’est tellement fort quand tu réussis et tellement ingrat quand ta tête ne suit pas… Je crois que j’ai arrêté de croire en moi durant cette prepa, j’ai fais les séances et malgré tous les progrès significatifs et il y en a eu, j’ai pas ancré suffisamment toute le chemin que j’avais parcouru.De l’auto sabotage. Clairement, je dois travailler a nouveau le plaisir, la rage de réussir et retrouver la confiance en moi. je vais retourner à la guerre, cette bataille me laisse un gout amer et j’aime pas ça, et ça…C’est déjà bon signe!! je t’embrasse fort et garde le cap pour ta préparation. L’ardechoise, elle est pour toi!

  26. Tellement de commentaire j’ai du scroller deux heures pour arriver au bout..
    Joli reportage comme si j’y avais été ! Ma Sista, on le répétera jamais assez mais la tu as su t’en souvenir : toujours s’écouter. Tu as bien fait, sois sereine comme tu l’es dans tes choix dans la vie de tous les jours. Tu vas rebondir on le sait tous, tu vas bien trouver assez vite sur quoi, j’ai confiance.
    Je suis fière de toi. Bisous ma sœur

    1. Salut Sistadelest, sympa ce peudo, mais le vrai c ‘est pas vraiment ça hein…!! Oui beaucoup de retours, c’est ça qui est bon.Moi je dis, un petit focus sur le trail et je te met ta misère cet été non???

  27. Tu as un sacré mental, et je suis admirative de tout ce que tu accomplis. Et tu n’es pas une machine programmée, et c’est ce qui est kiffant… La vie est pleine de surprise !! Un tremplin pour une prochaine étape de la vie maybe…

    1. Coucou July, la bretagne arrive jusque ici? ouaw, je suis flattée. merci pour ton retour. Oui pleine de surprises et d’embuches, en même temps, c’est pour ça qu’on l’aime. oui, un tremplin effectivement… Ca cogite ça cogite pour un autre objectif, tu connais la bête?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *